top of page

Quelle est l’influence de la santé psychique maternelle sur la qualité du sommeil des enfants?

Les troubles psychiques, souvent très différents, susceptibles d’apparaître au même moment chez les mères (maternal mental health, MMH) comprennent la dépression post-partum, les états anxieux et le trouble de stress post-traumatique lié à l’accouchement (TSPT). Ces troubles ont un impact sur la qualité du sommeil des nourrissons, mais on ignore le rôle exact des profils de symptômes MMH.


Photo : Jonathan Borba | unsplash.com

Une contribution de Vania Sandoz, Alain Lacroix, Suzannah Stuijfzand, Myriam Bickle Graz et Antje Horsch, Institut universitaire de formation et de recherche en soins. Université de Lausanne, département Femme-Mère-Enfant Child Abuse and Neglect Team, Hôpital universitaire Lausanne (CHUV).


L’étude

Cette étude transversale se proposait notamment d’examiner dans quelle mesure différents profils de symptômes MMH supportés par des données (dépression, anxiété et traumatisme lié à l’accouchement) ont une influence sur la qualité du sommeil des nourrissons, lorsqu’on inclut des médiateurs et des modérateurs. Au total, 410 mères d’enfants âgés de 3 à 12 mois, parlant français, ont rempli en ligne un questionnaire standardisé sur le sommeil de leurs enfants, leur perception maternelle du tempérament négatif de l’enfant et les symptômes MMH. Le profil de la dépression comprend des symptômes comme l’abattement, l’anhédonie (incapacité de ressentir des émotions positives) ou la colère. Les symptômes du profil anxieux sont notamment une inquiétude excessive ou des troubles du sommeil sans rapport avec le nourrisson. Le profil du traumatisme lié à l’accouchement inclut des symptômes traumatologiques autour de l’accouchement (p. ex. cauchemars et évitement de tout ce qui peut évoquer l’accouchement).


Les résultats de l’étude ont montré que la perception maternelle d’un tempérament négatif du nourrisson fonctionne comme un médiateur entre le profil dépressif ou le profil anxieux et la qualité du sommeil du nourrisson, mais seulement pour les enfants de certains groupes d’âge et pour les mères présentant un certain niveau de formation. Pour le profil du traumatisme lié à l’accouchement, aucune corrélation avec la qualité du sommeil du nourrisson n’a été mise en évidence.


Conséquences cliniques

La relation entre la MMH et la qualité du sommeil du nourrisson peut inclure divers mécanismes qui dépendent de la symptomatique maternelle. Les familles tireraient profit d’une approche thérapeutique holistique se focalisant sur les symptômes des mères, et en cas de sommeil perturbé chez l’enfant, la perception maternelle d’un tempérament négatif de celui-ci pourrait constituer un élément clé pour la thérapie.


Référence:

Sandoz, V., Lacroix, A., Stuijfzand, S., Bickle Graz, M., & Horsch, A. (2022). Maternal mental health symptom profiles and infant sleep: a cross-sectional survey. Diagnostics, 12(7), 1625. https://doi.org/10.3390/diagnostics12071625


Link (open access):



Informations complémentaires

コメント


bottom of page