top of page

Rapport final sur les prestations adressées aux familles

Le récent numéro des rapports de recherche « Aspects de la sécurité sociale » est centré sur les offres d’accompagnement et de conseil aux familles, ainsi que la formation des parents. L’étude, réalisée sur un mandat de l’Office fédéral des assurances sociales, a pour objectif une classification systématique des offres, la documentation des offres et l’évaluation de l’offre et de la demande par des intermédiaires. Les informations dégagées grâce à cette étude donnent des indications sur les manques ou les lacunes dans l’offre existante.


Zwei Kleinkinder
Photo: Lingchor / unsplash

Offre et disponibilité

La vue d’ensemble dressée par cette étude fait apparaître une large palette pluridisciplinaire d’offres adressées aux futurs parents et aux familles avec des enfants en âge préscolaire. L’ampleur de cette offre s’explique par le fait que les jeunes parents ont de plus en plus besoin de conseils et que l’importance fondamentale des premières années de la vie pour le développement futur est mieux reconnue par la société. On constate que les offres existantes pour les familles dans la première phase de leur vie familiale (de la grossesse jusqu’à l’âge de 4 ans environ) sont très diverses. Globalement, la disponibilité des offres d’accompagnement, de conseil et de formation des parents est bonne. Dans les régions rurales, les offres conventionnelles comme la consultation parents-enfants sont plus courantes que les offres sur des thèmes spécifiques ou les offres mobiles. Les lacunes dans l’offre restent néanmoins rares. Etant donné que seul un petit nombre d’offres fait l’objet d’une évaluation, leur qualité est difficile à mesurer.


Défis en termes d’accessibilité et de capacité à atteindre le public cible

L’étude montre que le principal défi ne se situe pas au niveau de la disponibilité des offres, mais de leur accessibilité et de la capacité à atteindre les publics cibles. Ce sont en particulier les familles qui ne bénéficient pas d’un bon niveau de formation et / ou les familles socialement défavorisées qui sont plus difficile à atteindre.Ce problème se pose d’autant plus que l’implication institutionnelle des parents est moindre. Plusieurs causes expliquent la difficulté d’atteindre ce public cible, notamment le fait que les offres ne sont pas bien connues, les obstacles linguistiques et / ou la peur d’être stigmatisé, l’absence de formes alternatives de consultation ou une certaine inadéquation des offres par rapport aux besoins du groupe cible.


Pistes de solution

Les pistes de solution esquissées par l’étude et qui sont déjà mises en place dans certains cantons, recommandent notamment d’informer les groupes cibles de manière proactive et adaptée à leurs besoins, en passant par des interlocuteurs clé comme les sages-femmes et les pédiatres, en engageant des personnes capables de proposer une médiation interculturelle et en réduisant les obstacles qui rendent les offres difficilement accessibles. Ces offres peuvent par exemple être disponibles de manière centralisée dans des lieux fréquentés par les familles, comme des centres de quartier. En outre, la mise en réseau et la collaboration interinstitutionnelle et interprofessionnelle sont des conditions importantes pour une amélioration durable au niveau de l’accès au familles socialement défavorisées.


Plus d’informations :


Comentários


bottom of page