Chambres fédérales : des structures d’accueil aux écoles à horaire continu

La conseillère nationale du groupe des Verts Florence Brenzikofer (BL) a déposé une initiative parlementaire dans laquelle elle demande des moyens financiers pour aider à la mise en place d’offres scolaires à horaire continu. L’Association faîtière suisse des enseignantes et enseignants (LCH) et l’Union patronale la soutiennent.


Kinder in der Schule
Foto: CDC / unsplash

Avec l’initiative parlementaire 21.412 « Des structures d’accueil aux écoles à horaire continu » (titre officiel suit), la conseillère nationale Florence Brenzikofer demande la mise en place d’un programme d’encouragement pour les écoles qui prennent en charge les enfants durant toute la journée. Par analogie avec le programme d’impulsion consenti pour les structures d’accueil, il s’agit de créer des bases légales autorisant la Confédération à appuyer le développement d’offres à horaire continu dans les écoles.

La conseillère nationale espère que ces offres aideront les parents à mieux concilier activité professionnelle et vie familiale. Elles devraient être étendues à l’ensemble du pays afin de garantir l’égalité des chances.


Une initiative soutenue par le corps enseignant et les milieux économiques

Comme on a pu le lire dans un article du Tagesanzeiger / Bund / Berner Zeitung (Gregor Poletti, 05.03.2021), un engagement de la Confédération en faveur de l’horaire continu serait salué par LCH et l’Union patronale suisse. Valentin Vogt, président de cette dernière, ne voit cependant pas la nécessité d’investir davantage dans l’accueil de l’enfance (cf. notre article sur l’initiative parlementaire de la CSEC-N « Remplacer le financement de départ par une solution adaptée aux réalités actuelles »). Il plaide pour qu’à l’échéance du programme d’impulsion en 2023, les aides financières de départ soient intégralement versées au profit des écoles à horaire continu.


Grâce au programme d’impulsion pour l’accueil extrafamilial, la Confédération a permis la création de 65 000 places d’accueil à ce jour : 38 000 places dans les crèches et 27 000 dans les structures d’accueil parascolaires (cf. notre article du 23 février 2021).