top of page

Rapport de l’OCDE : Regards sur l’éducation 2022

La publication « Regards sur l’éducation 2022 » de l’OCDE fournit un état des lieux détaillé de l’éducation et informe sur les structures, le financement et les performances des systèmes éducatifs des différents pays de l’OCDE et des pays partenaires. L’édition de cette année traite de la qualité des résultats de l’apprentissage, des leviers politiques et des conditions nécessaires, ainsi que de l’intérêt d’investir dans l’éducation pour les individus et la société.

Photo : Felipe Ferreira I unsplash.com

La pandémie mondiale de covid a fortement affecté l’offre d’accueil et d’éducation de la petite enfance. Les institutions ont été partout forcées de fermer leurs portes ou de suspendre leurs activités. La pérennité des offres et le taux de participation des jeunes enfants ont été compromis.


Taux de participation aux offres d’accueil et d’éducation dans les pays de l’OCDE

En moyenne, 83 % des enfants de 3 à 5 ans bénéficient d’une offre d’accueil et d’éduction dans les pays de l’OCDE, peut-on lire dans le rapport. Pour les enfants de moins de 2 ans, ce taux atteint déjà 27 %.


Il existe cependant des différences considérables entre les pays de l’OCDE en ce qui concerne la qualité des offres et leur fréquentation par les enfants et les familles. Les taux de participation les plus élevés pour les enfants de 3 à 5 ans (accueil préscolaire et école primaire) sont mesurés en Belgique, au Danemark, en France, en Irlande, en Israël, en Norvège, en Espagne et au Royaume-Uni. En Arabie saoudite, en Suisse et en Turquie, ces taux de participation ne dépassent pas 50 %. Plusieurs raisons expliquent ces chiffres : manque de places d’accueil, méconnaissance de l’offre, couverture insuffisante de l’offre publique, coûts élevés des dispositifs et des structures. Le système fédéral de la Suisse et le degré d’autonomie élevé dans l’organisation du secteur de l’accueil et de l’éducation ont pour conséquence d’importantes disparités entre les régions, où le taux de participation des 3 à 5 ans peut varier de 86 % à 38 %. Ce constat reflète la prévalence des organisations privées (surtout en Suisse alémanique) et des différences dans l’âge du début de la scolarité dans les cantons.


De meilleures chances de réussite scolaire pour les enfants fréquentant une offre d’accueil et d’éducation

Un contexte d’apprentissage de bonne qualité dans la petite enfance stimule le développement émotionnel et cognitif. Il favorise les progrès et le bien-être des enfants, ce qui se répercute ultérieurement sur leurs performances scolaires. Les offres d’accueil et d’éducation sont particulièrement bénéfiques aux enfants de milieux socioéconomiques défavorisés, car elles leur fournissent des occasions d’apprentissage qu’ils ne trouvent pas à domicile.


Participation des parents au marché du travail

Le taux de participation des enfants aux offres d’accueil et d’éducation est un facteur de prospérité économique et de croissance, car cela facilite l’accession des parents au marché du travail. De plus, les offres de qualité améliorent l’équilibre travail-vie privé des parents. Ces données doivent motiver la sphère politique à créer des offres d’encouragement précoce, prendre des mesures pour améliorer la qualité et veiller à l’égalité des chances. La probabilité de fréquenter une offre d’accueil et d’éducation dépend du milieu familial et des revenus de celui-ci. C’est surtout vrai pour les enfants de moins de 3 ans, les coûts étant jusqu’à cet âge-là supportés par les familles.



Pour en savoir plus :

תגובות


bottom of page