Étude de l’UNESCO sur le droit à l’enseignement préprimaire

L’importance du développement durant la petite enfance pour l’ensemble de la vie a été démontré scientifiquement. Dans une étude intitulée «Right to pre-primary education: a global study», l’Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) analyse le droit à l’enseignement préprimaire dans 193 pays sur la base des cadres juridiques nationaux. L’étude montre que dans environ deux tiers des pays à travers le monde, il n’existe pas de dispositions légales garantissant un accès gratuit et obligatoire à l’enseignement préprimaire.

Jeune enfant avec des blocs de construction en bois
Photo: Jelleke Vanooteghem / unsplash

Droit à l’éducation durant la petite enfance

Le droit à l’éducation est compris dans diverses conventions internationales. L’accès à une éducation et une prise en charge de qualité durant la petite enfance est aussi exigé dans le cadre de l’Agenda 2030 pour le développement durable des Nations Unies, plus précisément dans le Sustainable Development Goal (SDG) 4.2. Malgré cela, dans le monde, un enfant sur deux n’a pas accès à l’enseignement préprimaire. L’accès à des offres de bonne qualité dans le domaine de l’éducation, de l’accueil et de la formation de la petite enfance bénéficie tout particulièrement aux enfants issus de familles défavorisées. En effet, pour ces enfants, les possibilités d’apprentissage durant la petite enfance permettent d’atteindre de meilleurs résultats scolaires par la suite et accroissent l’égalité des chances. Par conséquent, l’éducation, l’accueil et la formation de la petite enfance constituent des facteurs élémentaires pour la réalisation des droits pédagogiques, sociaux et économiques.


Comparaison globale

Comme le montre l’étude, rares sont les pays qui considèrent l’enseignement préprimaire comme un droit clairement défini. Des dispositions légales pour une éducation préprimaire gratuite ont été édictées dans un total de 63 pays. Et dans 51 pays, l’enseignement préprimaire constitue un degré obligatoire au sens de la loi. La majorité des pays qui ont inscrit l’enseignement préprimaire gratuite et obligatoire dans le cadre légal national se trouvent en Europe, en Amérique du nord et latine, ainsi que dans les Caraïbes. Ces pays réalisent, pour la plupart, un produit intérieur brut moyen à élevé. Un certain nombre de pays disposent également de normes légales particulières pour la protection des groupes de personnes particulièrement vulnérables comme les enfants de familles économiquement défavorisées, issus de groupes indigènes ou en situation de handicap. Ces dispositions visent à faciliter l’accès, pour ces groupes de population, aux offres d’éducation de la petite enfance, ou leur garantissent une priorité en la matière.


Effets

A l’échelle mondiale, depuis 1999, la part des enfants qui profitent d’un enseignement préprimaire a augmenté. Le taux augmente plus fortement dans les pays qui ont mis en place des dispositions légales pour l’enseignement préprimaire gratuite et obligatoire. Les études réalisées dans certains pays individuellement montrent cependant aussi que la mise en œuvre des dispositions légales ne conduit pas nécessairement à un accroissement du nombre d’inscriptions dans les offres d’éducation préscolaire. Selon l’étude, le bien-être de l’enfant, évalué grâce à l'indice de développement du jeune enfant de l'UNICEF, est plus élevé dans les pays ayant ancré l’éducation préscolaire dans la loi, ce qui confirme l’utilité à long terme des offres d’éducation de la petite enfance en ce qui concerne les résultats en termes d’apprentissage et les capacités socio-émotionnelles.


Plus d’informations

UNESCO (2021). Right to pre-primary education: a global study.

UNESCO (2021). Right to pre-primary education: a global study. Factsheet.

UNICEF (2017). Early Childhood Development Index.