Processus de risque et de protection de la petite enfance à l’âge scolaire

Dans le cadre d’un projet du FNS consacré au renforcement de l’éducation de la petite enfance et de la résilience, l’institut Marie Meierhofer pour l’enfance a analysé les conséquences des risques présents au sein de la famille sur le développement socio-émotionnel des enfants sur une période allant de la petite enfance jusqu’au milieu de l’enfance.


3 Finger mit einem smiley gezeichnet
Photo: Ralf Geithe / Adobe Stock

Dans leur étude longitudinale (2009 – 2019) avec trois phases de collecte de données, les quatre chercheurs-ses se sont intéressés au lien entre les situations de vie compliquées au sein de la famille et les mesures de protection et de renforcement qui offrent un contre-pied à un développement problématique.


Environ 300 enfants et leurs parents, ainsi que d’autres personnes de référence au sein des structures d’accueil d’enfants et des enseignants-es ont pris part à l’étude.

Grafik
Quelle: Marie Meierhofer Institut für das Kind

Les résultats montrent que la superposition de plusieurs difficultés au sein de la famille, comme la pauvreté, les pathologies psychiques ou la séparation des parents, peuvent occasionner des effets négatifs jusqu’à l’âge scolaire. De ces problèmes peuvent découler des troubles comportementaux, des conflits avec les pairs ou un déficit de confiance en soi. Les facteurs de protection interviennent pour lutter contre ces troubles. On peut les subdiviser en facteurs de protection de l’enfant en bas âge, facteurs de protection liés aux relations d’amitié chez les écoliers et facteurs de protection dans le contexte des crèches.


Les conditions environnantes ont donc une grande importance, notamment la qualité des crèches et la mise en place de relations avec le personnel encadrant au sein des institutions. Parmi les éléments qui ont des répercussions positives, les chercheurs-ses relèvent aussi la qualité de l’amitié avec le-la meilleur-e ami-e ainsi que des relations saines avec les pairs. Mais les diverses ressources propres dont disposent les enfants jouent également un rôle important.

Ce constat est mis en évidence dans les deux exemples suivants tirés des résultats de la recherche :


  1. Facteur de protection : aptitude spécifique de la petite enfance. L’aptitude des enfants à raconter une histoire de manière cohérente et complète, c’est-à-dire la compétence narrative, a déjà été reconnue par d’autres études comme aspect important du développement de l’enfant et de sa santé. Il a maintenant été montré que la compétence narrative durant la petite enfance favorisait chez tous les enfants un développement émotionnel sain à long terme, c’est-à-dire jusqu’à l’âge scolaire. Cette compétence peut en outre protéger les enfants face aux influences négatives des problèmes familiaux durant la petite enfance. Cette compétence narrative est acquise durant les premières années de la vie et renforcée dans l’interaction avec les adultes et avec d’autres enfants.

  2. Effet protecteur de la qualité des relations amicales. Dans une première phase, l’étude s’est penchée sur l’influence que peut avoir un état dépressif des parents en lien avec l’éducation sur l’auto-efficacité des enfants en âge scolaire. L’auto-efficacité en tant que sentiment de pouvoir produire des effets grâce à ses agissements a déjà souvent été décrite comme facteur central pour un développement sain des enfants. Dans le cadre de ce projet de recherche, la nouveauté consiste à montrer qu’un état dépressif lié à l’éducation chez les parents constitue un danger pour le développement de l’auto-efficacité chez les enfants en âge scolaire. En parallèle, le projet de recherche démontre qu’une qualité élevée dans la relation avec le-la meilleur-e ami-e renforçait l’auto-efficacité des enfants. La qualité de la relation amicale protège les enfants en particulier lorsque les parents souffrent de dépression en lien avec l’éducation. Renforcer, chez les enfants, la capacité à construire des relations saines avec leurs pairs afin de créer des amitiés, constitue donc une mesure préventive importante.

Conclusion :

Une interaction positive entre l’enfant et son environnement peut donc aider les enfants à se développer sainement sur le plan psychique, malgré des conditions de vie difficiles. La qualité de la relation entre les enfants et leurs personnes de confiance joue un rôle crucial.


Les mesures et les offres qui accroissent la qualité des relations au sein de la famille, avec les pairs et au sein des crèches ont donc une grande importance pour le développement social et émotionnel sain des enfants.

Plus d’informations